Rechercher

On s'était donné rendez-vous au Meltdown

Cette semaine, ça a été l’ouverture des frontières de l’espace Schengen, et l’annonce de la reprise des cours pour tous sur un « Démerdez-vous les profs ! » de la part d’un ministère de l’éducation complètement à l’ouest, et ça c’est tant mieux pour nous dans le Grand-Est.


Cela dit, sûrement que l’info importante de la semaine pour le staff de l’EC Strasbourg, n’était ni l’une ni l’autre, mais finalement le retour 10 rue de la Glacière, dans la base pas si secrète, et tant mieux pour Marco, du club esport strasbourgeois.


Vendredi 19 juin 18H30, les rues de Strasbourg sont encore clairsemées sans la présence des touristes, les locaux profitent des parcs et des espaces en terrasse, on trouve même des places pour se garer dans les fines artères secondaires qui entourent la faculté de médecine. Les gouttes de pluie alternent avec un soleil qui fait directement chauffer les moustaches et des boucs sous les masques de protection. Même si ces derniers sont uniquement obligatoires dans les bars et restaurants certains passants ne prennent plus la peine de l’enlever pour le remettre cinq minutes plus tard en passant d’un magasin à un autre.


18h30 donc, devant la porte du Meltdown, les consignes sont indiquées sur la porte, classiques : se laver les mains, port du masque obligatoire, respecter la distanciation physique. Les lieux ne sont pas larges, entre le bar et les PCs, il y a peut-être trois mètres, mais Marco, le tenancier, s’est donné de la peine pour établir un parfait marquage au sol, donner les directives et bien sûr, pour lui aussi, le masque est obligatoire. Les lieux ont été privatisés pour l’occasion. Vingt personnes sont prévues pour passer la soirée sur place.



En entrant dans le bar, les premiers ont déjà la main droite sur la souris, la gauche sur le clavier à jouer à un jeu que je devine être Valorant au vu du style graphique et des mécaniques. Un PC sur deux est éteint et les combats se font à la distance réglementaire.


Il est difficile de distinguer qui est qui sous les masques, sans compter que si l’on communique souvent par discord interposé, les visages ne nous disent pas forcément quelque chose. Les groupes d’amis se retrouvent, les plus vieux se reconnaissent entre eux. Tout le monde attend le lien qui unit tout ce monde, le seul qui a une vision claire du système, avec tous les composants qui interagissent autour de l’association ECStrasbourg.


Quand il arrive, tous les clients ont enfin leur repère, il passe d’un groupe à l’autre sans serrer les mains, circonstances sanitaires obligent, et on sait à ce moment-là que la lumière va être faite sur qui est qui. Les groupes commencent à se défaire, les personnes discutent les unes avec les autres l’ambiance se détend. Sauf pour Marco qui doit commencer à jongler entre les parts de pizzas, les cocktails, les softs et la tireuse, une soirée qui fait presque oublier la période de deux mois et demi sans activité. Si déjà faire tourner trois balles entre ses mains est compliqué pour certains, jongler avec quatre est un art, que Marco maîtrise à merveille.



22H déjà, le temps passe plus vite entre passionnés, c’est le moment des annonces. Dans le désordre : pour cette année, il est prévu d’appuyer la présence de l’asso sur les réseaux sociaux, de créer des parrainages et de promouvoir le sigle de l’ECStrasbourg au travers du merch avec une nouvelle ligne de tenues, de casquettes et de mugs (ah ouais tiens ?!). La voix dans le micro nous fait la présentation de la nouvelle équipe qui vient grossir les rangs de l’asso, la team Valorant, avec ses joueurs, son coach et… la copine du coach !? Nous accueillons également une nouvelle community manager pour gérer le flux important d’activité attendue sur les réseaux sociaux.


De belles perspectives pour l’activité de la saison prochaine, d’autant plus que l’on attend la structuration du cinq majeur sur NBA 2K.


Le moment est venu pour le facétieux frère de Thor de faire le malin, et d’amuser la galerie. Après quelques verres de mélange magique fait de malt et de caramel à bulles. Les participants font chauffer leur phone avec Kahoot ! Mais personne ne fait le poids face à Chat noir qui éclate tout le monde au quizz comme au jeu des logos, avec plus de 22 000 points dans chaque jeu, elle restera au firmament de cette première soirée post-covid. (Je sais, mais je fais ce que je veux. C’est moi qui écrit. Pas grand monde lira cet article pour me corriger de toutes manières et vos souvenirs s’envoleront, tandis que la mémoire écrite des vainqueurs résonnera jusqu’à la fin des temps. Vous vous demandez à quoi sert le savoir ? Des fois à connaître la vérité, des fois à manipuler le réel. Alors n’oubliez pas d’apprendre à lire et à analyser ce que vous lisez. )


Après les derniers applaudissements qui consacrent la grande gagnante du soir donc, un petit coup d’oeil sur la montre pour voir que les aiguilles sont alignées sur le douze. Il est déjà minuit.



L’ambiance était détendue, la joie se revoir les uns les autres palpable. Tous plus sympa les uns que les autres, on se sent vite faire partie d’une bande de copains. Espérons que c’est le genre d’ambiance qui intéresse les joueurs de talents plus que les richesses, la puissance et la gloire. En tous cas si c’est cela qu’ils recherchent, l’ECStrasbourg se fera un plaisir de le leurs donner.


Les lumières des appartements en face du Meltdown qui n’ont pas encore fermé leurs volets sont témoins des dernières discussions sur le trottoir de la rue déserte, plus loin les clients du Mc Carthy fument sous les lampadaires qui éclairent la rue du Cygne.


Un salut général et c’est la fin de soirée.


En rentrant chez moi, dans ma voiture qui reflète les néons des magasins de la zone commerciale, j’imagine Marco, passer un dernier coup d’éponge sur le bar, monter les tabourets et éteindre les PC. Si l’ambiance était bonne, il espère pouvoir accueillir encore longtemps du monde dans son établissement, tout en souhaitant, en éteignant les dernières lumières, que la crise de la covid-19 n’aura pas raison des ses finances et que les affaires reprendront rapidement avec les habitués passionnés qui viendront prochainement faire tourner les ventilos de la PS5.


Mais ça ce n’est que dans ma tête qui avait aussi une pensée pour deux autres membres de la rédac qui n’ont pas pu être là ce soir. Bisous à vous Cheru et Méni, à très bientôt autour d’un verre, qui je l’espère sera servi par Marco, 10 rue de la Glacière, au Meltdown.


Tengo_1Q84


0 vue
EC STRASBOURG

Esport Club Strasbourg est le club esport à Strasbourg. Tu aimes la compétition ? C'est ici que tu progresseras.

NOUS CONTACTER

Presse info.esportclubstrasbourg@gmail.com​

Marketing info.esportclubstrasbourg@gmail.com

Administrationinfo.esportclubstrasbourg@gmail.com

Obtenir des mises à jour mensuelles
Liens rapides

© 2019-2020 par ESPORT CLUB STRASBOURG. Créé avec Wix.com |  

  • discord
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White YouTube Icon
  • White Instagram Icon